Le bateau

Volta encore appelée Mimosa
Volta encore appelée Mimosa

Volta est une embarcation traditionnelle en bois construite en 1965 à la Guérinière – Noirmoutier – par Germain Fradet.
Baptisée Mimosa à son neuvage, Volta fut construite en 1965 par Germain Fradet. Son premier propriétaire fut Bertrand Girald, électricien de Basse-Indre. Puis elle fut rebaptisée Volta en 1988.

Mimosa mouillée au Croisic
Mimosa mouillée au Croisic

Germain Fradet fonde son chantier au début des années 50 après avoir été apprenti au chantier Lodovici de St Nazaire.
Il construit des bateaux de pêche de 12,50m et assure leurs réparations. Il construit également pour la plaisance en créant une série de canot à dérive de 4m. Ces bateaux s’affrontaient en régate en baie de Bourgneuf.

Germain construit aussi des vedettes de 6m. Il s’est inspiré de bateaux de pêche pour dessiner cette série finalisée par l’architecte Joubert. Certains à cabine, d’autres ouverts, ces canots étaient armés d’un moteur in bord et d’une voile. Ils étaient souvent achetés par des ouvriers des chantiers navals d’Indret pour aller pêcher la civelle en baie de Vilaine ou dans l’estuaire de la Loire. Certains appelaient cette série les « canots de Loire ».

Volta en cours de rénovation
Volta en cours de rénovation

C’est en juin 2007 que Joël CHABAUD, alors président de l’association des plaisanciers du port de Foleux (56) décide de renfluer Volta. Elle est alors abandonnée à la vase en fond de port.
En août de cette année, le renflouement est un succès mais le travail est d’une grande ampleur. Il décide avec 2 amis de mener la rénovation du canot à Peillac, dans son jardin.
Ainsi, de septembre 2007 à novembre 2008 la première phase de rénovation a lieu : dépose du pont, dépose du tableau arrière, état des lieux, pose de membrures, remplacement des bordages
endommagés, rénovation complète du tableau arrière. Du chêne de pays a été utilisé et les pièces ont été travaillées chez un menuisier à la retraite, à Peillac.

Volta en cours de rénovation
Volta en cours de rénovation

Mais les incertitudes surviennent : il faut
chiffrer le reste du chantier. Joël CHABAUD se retrouve seul à mener à bien la rénovation. Il décide alors de céder le canot au Yoling Club de Peillac à l’automne 2009.